quelques mots sur la vitamine b12

quelques mots sur la vitamine b12

Beaucoup de références dans le milieu de la nutrition vous diront qu’une alimentation végétalienne stricte est obligatoirement carencée en vitamine b12 qui se trouve dans la chair animale.

Premièrement, en ce qui concerne les carences, on peut être végétalien et manger des frites tous les jours, donc ce n’est pas une question de type d’alimentation, mais de qualité des aliments.

Deuxièmement, la seule raison pour laquelle la source principale de cette vitamine se trouve dans les protéines animales est uniquement dûe au fait que ces animaux sont eux-mêmes supplémentés en vitamine b12. Et pour cause : les seuls organismes vivants capables de synthétiser la b12 sont les micro-organismes (encore eux !). Aucun animal ou végétal connu n’a les outils enzymatiques pour la fabriquer ! Ce n’est qu’en ingérant bactéries, algues microscopiques et levures ou en s’associant à elles, qu’animaux et végétaux s’enrichissent en b12. Les animaux d’élevage intensif sont déficients en b12 puisqu’ils ne mangent plus de nourriture fraîche à même le sol. Ils sont nourris de farines et granules industrielles et pasteurisées, supplémentées en vitamines de synthèse…

En d’autres termes : une carence mesurée en vitamine b12, chez l’homme comme chez l’animal, est un symptôme d’un déséquilibre bactérien au niveau de la flore intestinale due à la pasteurisation et à l’absence de nourriture vivante dans l’alimentation. En mangeant essentiellement cru, il n’y a normalement pas de carences en b12 !

Attardons-nous une seconde sur la structure de cette vitamin b12 et comparons-la aux structures fonctionnelles de deux protéines familières, la chlorophylle et l’hémoglobine [figure 13]. Nous remarquons des structures en cage similaires, avec au centre le fer (Fe) pour l’hémoglobine, le magnésium (Mg) pour la chlorophylle et le cobalt (Co) pour la vitamine b12.

Un végétalien obtient sa vitamine b12 des bactéries vivant en symbiose dans ses intestins et le colon. Ces bactéries se nourrissent des fibres alimentaires crues que nous leur apportons à travers les fibres insolubles des salades et/ou les fibres solubles des jus de légumes et des fruits. Ce qui explique pourquoi les jus de legumes sont réparateurs… ils réparent aussi la flore intestinale ! Un végétalien carencé en vitamine b12 est donc probablement quelqu’un qui ne mange que très peu de crudités. Une supplémentation en vitamin b12 est insensée parce que la grande majorité, pour ne pas dire la totalité, finit dans les urines dans l’heure qui suit. Et la vitamin b12 qui n’est pas éliminée n’est pas nécessairement absorbable par les tissus ni utilisable par les cellules. Il est bon aussi que le corps puisse fixer cette vitamine pour l’utiliser. Soyez assurés qu’en mangeant vivant et/ou lacto-fermenté, en jus comme à la croque, la vitamine b12 (comme les autres vitamines b) sera offerte par la flore intestinale, gratuitement en quantité, qualité et proportion selon les besoins de votre corps !

Un extrait du livre la cure zen detox aromatic, tome I
page 166-167